Qué tracas !

   Pari réussi pour Nicolas Dubost : dès la première minute, le conteur et chanteur, casquette de marin et bleu de travail, boucle d’oreille, capte l’attention du public. Une chaise, une guitare : pas besoin de tralalas ! L’humour des textes à chaque instant s’appuie sur des expressions changeantes du visage et des poses qui nous font imaginer les situations vécues, tels les démêlés avec l’administration absurde des permis de construire. Mais l’émotion n’est jamais loin avec le chômage qui surgit quand l’usine Moulinaire ferme ou lorsque le père meurt, « Défunt men père ».

   Lorsque je vous dirai que tout le spectacle est en normand et que le public saisit l’essentiel grâce au talent du conteur, vous comprendrez que ce spectacle renouvelle et donne un coup de jeune à la langue normande. Cerise sur le gâteau : la reprise des chansons interprétées habituellement par Théo Capelle, avec tout autant de sensibilité et d’humour, et sans le copier ! Nous reconnaissons les mélodies de Daniel Bourdelès sur des textes d’Alphonse Allain (de La Hague) ou de Charles Lemaître (du bocage d’Aunay-sur-Odon), mais la surprise est totale, comme si le texte était chanté pour la première fois… Applaudissements !

   Chansons et histoires s’interpénètrent, la vie du village y passe, histoires d’amour, personnages truculents et curé trop curieux. Henri Gogibu, qui parle normand tous les jours, a écrit certains textes et relu d’autres, une garantie d’authenticité, car c’est bien là l’intérêt considérable de ce nouveau spectacle mis en scène et interprété par de jeunes professionnels : la culture profonde des Normands émerge sur des scènes actuelles. Ce spectacle est une mine d’or pour les enseignants de tous niveaux, les associations, les médiathèques, les théâtres qui souhaitent mettre à l’honneur et valoriser une culture et une langue trop longtemps méprisées.

 

Rémi Pézeril,

Président de l’association Magène

Nicolas est un comédien professionnel de 38 ans qui s'est découvert une passion pour le normand au point de le mettre en scène dans un spectacle original d'une heure trente qui associe monologues et chansons. Il propose ainsi des créations de Charles Lemaître et d'Henri Gogibu ainsi que ses propres créations. J'ai découvert son spectacle dans une maison de retraite de Caen où il m'avait invité. J'avoue avoir été étonné par la qualité du show. On ne s'y ennuie pas une seconde, tant la mise en scène est inventive. On rit beaucoup, certes, mais son humour n'a rien à voir avec les styles de nos anciens comiques manchots connus. On se rapproche bien davantage du café-théâtre

parisien. Il apparaît que ce spectacle constitue un vrai complément de celui de Magène dans la mesure où tous les aspects traditionnels et actuels de notre culture normande sont ainsi mis en scène.

Daniel Bourdelès

Propriétaire Nico.Dub.2017